Webcams

» Forfaits de ski » Toutes les actualités
» La boutique

De 1992 à 2010

1992 Le plan de redressement

Le nouveau Syndicat Intercommunal : le SIVOM de la station des Sept Laux créé le 1er janvier 1992 se trouve seul devant d'énormes responsabilités. L'exploitation ne peut plus être déficitaire sans entraîner la ruine des communes supports.

C'est un défi lancé à l'intercommunalité qui hérite d'une station qui dispose d'un domaine skiable qui le classe au 3ème rang des stations du département, mais dont l'équilibre de gestion reste difficile et aléatoire (enneigement).

Le SIVOM est présidé par Monsieur Picchioni, maire des Adrets, les deux Vice-Présidents sont Monsieur Bouchet-Bert-Peillard, maire de Theys et président de l'Office de tourisme, et Monsieur Tavel, maire de la Ferrière et Président de la société des remontées mécaniques.

C'est une étape très importante pour les collectivités locales et surtout les communes des Adrets, de la Ferrière et de Theys qui auront a gérer directement la station des Sept Laux, située sur le territoire de leurs communes respectives, mais aussi à prendre en charge le risque financier éventuel de la nouvelle structure du Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple : les autres communes restent partenaires mais à un degré moindre de risques.

La réussite du SIVOM et la pérennité de la station des Sept Laux résident dans la gestion équilibrée des remontées mécaniques. En effet, le SIVOM a repris tous les engagements de la SEM T7L et attend de celle-ci, en retour, un loyer de 8,5 millions de francs (1 295 816 euros). Il est donc indispensable que l'exploitation permette ce versement de 8,5 millions de francs au SIVOM. Le compte prévisionnel 1991/1992 prévoit 10,5 millions de francs (1 600 714 euros) d'économies qui doivent être faites par rapport à 1990/1991.

Les économies représentent un grand bouleversement dans le fonctionnement et dans les habitudes de la station. La masse salariale diminue de 30 %.  L'organisation du travail, l'adaptation des services à la fréquentation, la suppression d'avantages salariaux, la fermeture de certaines remontées mécaniques en période de faible charge, la restructuration de certains services ont permis ces économies.

De 1992 à 1996 L'équilibre pour seul objectif

Période difficile, car la gestion ne peut souffir aucun déficit. Heureusement, les équilibres de l'exploitation sont tenus. Cependant deux années difficiles (1993 et 1996), où la neige manque... font fondre le peu de marge générée  par l'exploitation. Il faut investir !

Aucune banque ne veut prêter. Elles se souviennent des difficultés passées, et le SIVOM n'a pas l'assise financière suffisante.
D'autant que certains des emprunts transférés par le Département au SIVOM (emprunts productifs de revenus comme les Villages de Vacances), ne sont plus assurés par les loyers des gestionnaires. Le SIVOM perd 1 million de francs de loyers (VVF Fond de France, OK Jeunes, Centre 7). Et la S.D.H. au Pleynet est bloquée dans son programme immobilier. Le SIVOM pour éviter une ruine touristique, va lui rembourser en 10 ans la charge foncière soit 200 000 francs par an pendant 10 ans.

Malgré tout, le SIVOM fait face à ses engagements. Mais la station subit de façon trop importante les aléas climatiques. Un plan important d'investissements est mis au point à la fin de l'année 1995. Ce plan est au service de l'équilibre d'exploitation, les remontées mécaniques devront passer de 36 à 20. La neige de culture et les travaux de pistes devront fiabiliser le fonctionnement de la station.

Il prévoit 170 millions de francs d'investissements :

  • 130 millions de francs (19 818 372 euros) dans les remontées mécaniques
  • 30 millions de francs (4 573 470 euros) dans la neige de culture
  • 10 millions de francs (1 524 490 euros) dans les travaux de pistes.

De 1996 à 2002 Les investissements repartent... Le renouveau

Un programme ambitieux de requalification du domaine skiable est commencé. Il prévoit plus de 28 millions d'Euros d'investissement.

En 1996 on commence par la neige de culture et le TSF du Lac. Ces investissements font redécoller la station et les investissements vont continuer tous les ans jusqu'au TSD 6 places des Chamois ... Les résultats de 2001 et 2002 sont en demie teinte mais les investissements neige de culture et les nouveaux appareils permettent à la Staton d'équilibrer ses comptes

2003 à 2006 Quatre saisons de rêve

4 saisons exceptionnelles avec plus de 140 jours d'exploitation...et la saison 2006 qui sera excellente avec 8 650 000 € de chiffres d'affaires. Des nouveautés nombreuses sont mises en place: TSD Grand Cerf (Le luxe avec 20% du débit en cabine 8 places- TSF Pincerie -TK des Loups et TK du Soleil

2007 ...Pour se faire peur !!!

L'année des remises en question...
La douceur anormale de la saison nous rappelle les dures réalités de nos exploitations fortement liées au caprice du temps. Le chiffre d'affaires baisse de 28.5 % et pour la première année depuis pas mal de temps  nous allons avoir un déficit d'exploitation, heureusement couvert par les excellents résultats des saisons passées. Il en faudrait pas 2 de suite comme ça !!!Au 30 novembre 2007, la SEMT7L termine 17 ans de gestion du domaine skiable pour le compte du SIVOM. Elle est mise en concurrence (DSP). La SEMT7L a été choisie pour continuer. Transmontagne a été liquidée (Chamrousse, Praloup, Super dévoluy et les élus ont préféré continuer sur le même fonctionnement pour 10 ans.
On a passé l'été à vous préparer des nouveautés formidables et on construit nos nouveaux garages...

2008 Une saison formidable

On ouvre le 17 novembre 2007... record battu ! et on fermera le 27 avril.
De la neige et de beaux week-end, la saison est exceptionnelle : on fera + 51% par rapport à 2007 et + 8% par rapport à la bonne saison 2006. C'est notre meilleure saison. L'ouverture des Vallons du Pra plus de 70 jours a été très appréciée. Une saison qui efface la précédente...Fort de ces résultats le SIVOM investit 4 800 000 € dans la neige de culture. Une retenue de 40 000 m3 au Dôme, une usine à neige et 7 kilomètres de réseaux (Dome, Armiliaire supérieure, Mataru, retour chanterelle) 

2009 La saison des records...

La réception des travaux de neige de culture se fait le 12 Novembre 2008.
Une période de froid exceptionnelle de 10 jours nous permet de fabriquer 200 000 m3 de neige et d'ouvrir le 26 novembre avant Huez et les 2 Alpes sur un très beau produit. La neige naturelle qui arrivera début décembre nous fera réaliser un mois de décembre 2008 exceptionnel et des vacances de Noël aussi belles que des vacances de février.
Le produit va rester excellent jusqu'au 20 avril 2009.
Les Vallons du Pra seront ouverts 80 jours et les résultats de l'hiver batteront des records (Journées skieurs et chiffre d'affaires)... Les recettes permettront au SIVOM de continuer la requalification du domaine skiable et de la station avec la réalisation :

  • Du TK des Tétras
  • Des travaux de pistes
  • La mise en place d'un avalancheur pour sécuriser les Vallons du Pra (ces travaux donnent aussi une nouvelle entrée dans les vallons du Pra)
  • Des sanitaires à Prapoutel au départ du télésiège des Chamois,
  • Un préau en bois massif au Pleynet
  • Un chemin piétons
  • Une nouvelle salle Hors-sac à Prapoutel.

En surprenant tout le monde... sauf nos clients, la SEMT7L va ouvrir la nouvelle saison le 8 et le 11 novembre 2009, 
Encore un record!!! Un baroud d'honneur du directeur qui, après 19 saisons, peut mesurer le chemin parcouru depuis la mise en place de son plan de redressement... Il part le 31/12/2009. 
En comptabilisant les recettes de novembre...
C'EST UN CHIFFRE DE 10 000 000 € réalisé du 01/12/2008 au 30/11/2009 !

La SEMT7L a choisi son nouveau Directeur : Jean-François GENEVRAY.
Il prend ses fonctions de Directeur Général  de la SEMT7L dès le 1er décembre 2009 ... Bon augure : son arrivée est accompagnée de 60 cm de neige fraîche ...

Bienvenue et bonne chance au nouveau Directeur

2010, encore une saison de records !

> Tout d’abord pour les conditions météos désastreuses endurées durant toute la saison : vent la première semaine puis pluie la seconde pendant les vacances de Noël (les travaux sur la neige en 2008 nous ont sauvés). Le 1er week-end de beau est arrivé fin janvier. Nous en avons compté seulement 4 au cours de l’hiver. Le mois de février a été très froid avec beaucoup de neige en ville, parfois plus qu’en montagne. Les remontées mécaniques ont été fermées à la mi-journée deux samedis de suite en février à cause de la tempête (Xintia). Pour finir, de la pluie jusqu’en haut du domaine à la fin des vacances. La seule semaine anticyclonique fût la 2ème de mars.
Malgré tout, l’enneigement d'après Noël fût exemplaire, et nous avons également eu de grosses chutes les 1, 4 et 5 avril.

> Mais quand même, le plus gros samedi jamais réalisé hors période de vacances scolaires : 10 131 forfaits "journée" vendus avec des taux d’occupation sur les appareils dépassant les 80%. Heureusement aucune panne !

Les Vallons du Pra ont été ouverts 72 jours contre 56 de fermeture (80 jours d’ouverture et 40 de fermeture en 2008/2009). Nous n’avons jamais autant dépensé pour sécuriser le domaine.
Le TSF du Pouta a été arrêté 3 jours en mars car les roulements de la station retour ont cassés. Pas de chance.
 
Compte tenu du bon enneigement, la date de fermeture initialement annoncée au 5 avril a été repoussée au 18 avril. Les grosses chaleurs sont arrivées la semaine d’après. Le produit s’est dégradé à vue d’œil en quelques jours. Nous avons fermé au bon moment et il faut garder à l’esprit que les fins de saison restent très ALEATOIRES !

Malgré ces conditions d’exploitation et météo difficiles mais avec un enneigement abondant, le résultat de la saison, contre toute attente, a été équivalent à la saison 2007/2008 qui était une bonne saison. La baisse est de 6,44% par rapport à la saison précédente.

Ainsi, dans le cadre de la restructuration du domaine skiable engagée depuis le début des années 90 et plutôt qu’investir dans des travaux de Grande Inspection et confortements (falaise) coûteux, le SIVOM a décidé de remplacer pendant l'été 2010 le TSF de l’Oursière situé sur le secteur du Pleynet par un télésiège 6 places débrayable. L’investissement est d’environ 7 millions d’euros HT.
Cet appareil est un maillon essentiel de ce versant. Il se situe sur le haut du domaine, naturellement bien enneigé. La nouvelle implantation de la gare d’arrivée offrira un choix de pistes encore élargi.
Avec son temps de parcours diminué de moitié, cet appareil associé au télésiège débrayable de l’Aigle deviendra la colonne vertébrale du secteur Pleynet. Le débit sera supérieur à 2200 skieurs par heure pour limiter le temps d’attente et améliorer le confort. Il sera moins impactant que le TSF actuel car il ne comportera que 16 pylônes contre 23 à ce jour.
Venez découvrir… 

Plus d’informations